Où sont les neiges d'antan ... La fraise géante

Je me décidais à cultiver la fraise géante
Pour vaincre enfin cette peur que j’ai toujours eu des plantes,
Et poussé par le désir de me faire admettre
Parmi les jardiniers comme collègue et maître.
Pour prouver au monde qu’en plomberie je suis champion
J’installais moi-même le système d’irrigation.
Il me restait un mètre à creuser jusqu’à la serre
Lorsqu’une fontaine noire jaillit de la terre.
Une eau si grasse et sale … «Ce n’est pas de l’eau ma parole!»
Ça a le goût, ça a l’odeur, mais oui, c’est du pétrole!!
Et pendant que mes doigts examinaient la matière
Je pensais à ces vers d’un poète berbère:
Heureux celui qui au fond de son jardin
Trouve du pétrole et en fait profiter les copains.

La fraise géante était vite oubliée, à la place,
Je remplissais des bols, des bidons et des tasses.
Tous mes voisins affluaient attirés par le pétrole
Munis de jerricans, de marmites et de casseroles.
Un vieillard oublia ses rhumatismes et indiqua
Des places aux autos et vendit des lots de tombola.
Déjà un photographe de presse et un journaliste
Précédaient de peu le premier car empli de touristes.
Un commercant installa pour acceuillir tout ce trafic
Dans ma serre un stand de frites et un W. C. public.
Un redoutable chœur d’en fants vint à paraitre
Pour me chanter cette aubade sous ma fenêtre:
Heureux celui qui au fond de son jardin
Trouve du pétrole et en fait profiter les copains.

Mon jardin devint bientôt un lieu de pélerinage.
Déjà il figurait sur les prospectus de voyages.
Je vis plein d’amis disparus venir remplir leurs bouteilles
Et se comporter comme si l’on s’était quittés la veille.
Même le Pape m’envoya un message de paix
Et m’offrit le vélo qu’Eddy Mercks lui avait donné.
La Maffai et plu sieurs fabriques d’automobiles
Me proposaient des accords commerciaux fertiles.
Un imprésario choisit mon jardin pour y faire
Un festival de jazz et de rock en plein air.
Je rec,us même un napperon de la part d’Annabelle
Et elle avait brodé ces mots sur la dentelle:
Heureux celui qui au fond de son jardin
Trouve du pétrole et en fait profiter les copains.

Je pris donc un brevet sur ma méthode de forage.
J’installais des citernes dans la cave et le garage.
J’y projettais une raffinerie de toute urgence
Lorsque’un de mes technologues ébranla ma confiance
«Votre nappe de pétrole, dit-il, sans merci
C’est le pipe line qui mène de Bordeaux à Paris».
C’est c,a la vie, et ça ne manque pas de surprises.
Alors je me souvins de ma première entre prise
Et le destin qui se moquait un instant de moi voulait
Voir mes efforts botaniques couronnés de succès:
Car engraissée de frites et arrosée de bière
La fraise ressortait par le toit de la serre,
Une fraise grosse comme une maison.
Aide-moi à la porter et nous nous la partagerons. 

 

Aus „Frédérik Mey, Vol. 4“, 1976

Foto © Privat

Aktuelle Chronik-Beiträge

Immer auf dem neuesten Stand. Jetzt anmelden!

Mit Deiner Anmeldung bestätigst Du, unsere Reinhard Mey Newsletter zu abonnieren.

* = Pflichtfeld