Voilà les musiciens

Rentrez le linge, braves gens, fermez vos portes à clef,
Voilà les les musiciens!
Cachez même le fil à linge et vos chats et bébés,
Voilà les musiciens!
Et tout ce qui n‘est pas fixé et cloué,
Sous l‘œil vigilant d‘un gardien,
Sera volé, démoli et démonté.
Il y a alerte aux musiciens.
Pitié! Voilà les musiciens!
Patrons, fermez vos bistrots, vérifiez les verrous,
Voilà les musiciens!
Dévissez les robinets et barricadez-vous,
Voilà les musiciens!
Ça bouffe, ça se saoûle, c‘est toujours fauché,
Ça braille jusqu‘au petit matin,
Ça cogne sur le patron pour terminer.
Il y a alerte aux musiciens.
Pitié! Voilà les musiciens!

Affichez aux auberges «Jour de fermeture»,
Voilà les musiciens!
Avant que l‘ouragan ne vienne ébranler vos murs,
Voilà les musiciens!
Ça pince vos bonnes, c‘est sale et vicieux,
Ça éventre les traversins.
Qui sait chanter, sait aussi mettre le feu.
Il y a alerte aux musiciens.
Pitié! Voilà les musiciens!

Epiciers, signez-vous et, vite, rentrez vos étalages,
Voilà les musiciens!
Enterrez vos épargnes et fermez les grillages,
Voilà les musiciens!
Ça pille vos caves, réserves et greniers,
Ça perce les tonneaux de vin,
Ça embarque la caisse au lieu de payer.
Il y a alerte aux musiciens.
Pitié! Voilà les musiciens!

Bourgeois, affûtez vos couteaux, chargez vos armes à feu,
Voilà les musiciens!
Préparez de la poix chaude ou bien sauve qui peut!
Voilà les musiciens!
Ça viole vos filles et vos femmes pudiques.
Un musicien n‘épargne rien,
Ni vieillards, ni même animaux domestiques.
Il y a alerte aux musiciens.
Pitié! Voilà les musiciens!
O Saint Barnabé, protecteur de ce bourg,
Voilà les musiciens!
Brisez flûtes et violons et trompettes et tambours
Voilà les musiciens!
Préservez-nous de peste et d‘inondations,
Des épidémies et du feu,
Et surtout de musiciens dans la région...
Ou laissez-moi vivre avec eux.
Pitié! Ou laissez-moi vivre avec eux!