Approche ton fauteuil du mien

Dieses Lied ist erschienen auf: 

Approche ton fauteuil du mien,
Tire les rideaux.
Il y a des crêpes au sarrasin
Et du vin chaud.
J‘ai débranché le téléphone,
La porte est verrouillée.
Ce soir ne viendra plus personne,
Nous sommes bien cachés.

Mon vieux fusil est bien en place
Là-haut dans le grenier.
De là je vise droit en face
L‘orée de la forrêt.

Pas un souffle dans les feuilles
N‘éveille le jardin,
Et aux abois devant le seuil
Veillent nos chiens.
La pendule s‘est arrêtée
De battre la cadence.
Quand l‘oreille s‘y est habituée,
On entend le silence.
Est-ce l‘été, est-ce l‘hiver
Sous ce méridien?
Est-ce la paix, est-ce la guerre?
Ce soir je n‘en sais rien!

Si c‘était la fin du chemin,
Notre dernier jour...
Allons! Finissons donc le vin
Et le pommes-au-four!
Approche ton oreiller du mien,
Essaye d‘imaginer
Qu‘il nous reste jusqu‘à demain
Pour nous aimer !